Merci de vous être enregistré à la newsletter

Le NEMI

Depuis 2003, le NEMI, Institut de Médecine Energétique et Naturelle, a développé une nouvelle approche de l'enseignement de la médecine naturelle basé sur l'abord du terrain individuel et sur le respect de différentes approches.

Enseignants

Dr Bruno Chacornac

Dr Bruno Chacornac

homéopathe, acupuncteur

Dr Patrick Depoers

Dr Patrick Depoers

homéopathe, acupuncteur, ostéopathe

Anne Sophie Dusart

Anne Sophie Dusart

ostéopathe, energétique, audiologie, couleur thérapie

Dr Franck Ledoux

Dr Franck Ledoux

homéopathe, acupuncteur

Victor Ledoux

Victor Ledoux

naturopathe

Catherine Leroy

Catherine Leroy

sage femme, homéopathie, acupuncture

Hugues Leroy

Hugues Leroy

ostéopathe, énergétique, couleur thérapie, audiologie

Paulette Pourtois

Paulette Pourtois

diététique, énergétique

Dr Pierre Tondelier

Dr Pierre Tondelier

homéopathe, acupuncteur, ostéopathe

La force qui est en chacun de nous est notre plus grand médecin.

"Utiliser les capacités d'autorégulation de l'organisme", voilà une partie de la charte utilisée par le NEMI pour enseigner la médecine naturelle aux thérapeutes.
Comment interpréter cette célèbre phrase en médecine naturelle ?
Le Dr Patrick Depoers vous détaille sa vision

Point d’orgue de toutes les médecines naturelles, le concept d’autorégulation si cher à Samuel Hahnemann, père de l’Homéopathie, est une ressource naturelle de toutes les formes de vie sur terre. Chaque organisme vivant est conçu pour se réparer, perpétuer la pérennité et assurer l’évolution de son espèce.

En s’appuyant sur les modèles de la cybernétique, la santé est un équilibre entre les forces entropiques (ou exogènes) et les forces néguentropiques (ou endogènes), et, à chaque instant au sein du corps humain, il y a des mécanismes physiologiques qui permettent l’adaptation et l’harmonisation.

La médecine moderne reconnait ce principe à travers l’homéostasie des grandes fonctions biologiques qui structurent l’organisation de tous les tissus et permettent la régénération de ceux-ci lorsqu’ils sont lésés.
S’initier à vivre harmonieusement, c’est permettre de maintenir le savoir-faire naturel de l’autoguérison, sans avoir besoin d’y porter toute l’attention.

 

La force vitale : le pilier des médecines holistiques

Connue de toutes les civilisations, la force vitale (ou la Dynamis d’Hahnemann, la force constructrice et ordonnatrice, le Vitalisme des Hygiénistes, le Prâna en Inde, le Qi en Chine, le Ruh en médecine Hébraïque, le Mana des Polynésiens, le Chu’el des Mayas ou encore le Pneuma en médecine grecque… ) en lien avec les lois de la nature, dont elle est issue, est le pilier fondamental de l’approche holistique de la santé.

Cette Force vitale tient son origine dans « l’élémentalité » (les forces des quatre éléments de la nature) qui est permissive à la matérialité. Elle est une force motrice qui anime et dirige tous les rouages de la vie organique.

S’initier à vivre harmonieusement, c’est permettre de maintenir le savoir-faire naturel de l’autoguérison

Parlant de cette énergie, Hippocrate disait déjà d’elle : "La force vitale est la plus puissante force de cohésion et d'action de tout ce qui existe. Cependant, elle est invisible à l'œil : seul le raisonnement peut la concevoir."

Dans le même registre, je citerais aussi Paul Carton : "La constitution de l'homme est à la fois triple et une. L'organisme n'est pas fait que de chair matérielle. Un potentiel de vitalité anime l'économie. Il sert d'instrument à l'esprit pour agir sur le corps physique. Le groupement de ces trois forces, spirituelle, vitale et matérielle, en une unité de conscience constitue l’individu".

La force vitale est donc la trame énergétique du corps physique pour le maintien de sa cohésion et de sa régénération, et elle est l’outil pour l’activité de l’Esprit, ou le moi proprement dit de l’être humain.
« C’est la nature (ou force vitale) qui guérit la maladie ; la médecine est l’art d’imiter les procédés curatifs de la nature » disait Hippocrate.

"La force vitale est la plus puissante force de cohésion et d'action de tout ce qui existe. Cependant, elle est invisible à l'œil : seul le raisonnement peut la concevoir."
Hippocrate.

La maladie, c’est la rupture de l’équilibre, et là, plusieurs évolutions peuvent survenir :

  • Soit la capacité réactionnelle du malade lui permet de garder ou de revenir à son état de santé initial, sans aucune intervention extérieure. Il suffit de maintenir le précepte : sain de corps et d’Esprit.
  • Soit la capacité réactionnelle est dépassée et la force vitale ne permet plus de revenir à l’état initial de guérison. A ce stade, le rôle du thérapeute devra être pertinent dans sa démarche diagnostique et thérapeutique ; comprendre et donner les moyens de la guérison, en évitant de nuire et de contrer.

 

C’est ici que toutes les médecines énergétiques auront toute leur importance, donnant un coup de pouce à l’énergie vitale pour recourir à un nouvel équilibre de la santé du corps.

Parfois, il faudra compléter par un travail direct sur le corps physique, telle la nutrition, la micronutrition, le drainage par la phytothérapie, etc… Il faudra aussi inciter le patient à travailler sur son Moi intérieur (lutter contre ses pensées négatives, donner du sens à son chemin de vie et développer les vertus). Un tel complément permettra à nouveau à la force vitale de favoriser l’autoguérison.

« Le seul vrai médecin est le malade lui-même car c’est lui et lui seul qui a les clés de la guérison »

Harmonieusement vôtre

Dr P. Depoers